Psychiatrie de Secteur à l'Hôpital Général

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille

CR- Psychiatrie en Prison

Envoyer Imprimer PDF

Cycle de formation 2019, du 19 mai au  25 mai 2019 sur l'ile de Noirmoutier 85740

Thème préparé par:

Mme Nathalie BRAJKOVIC (Assistante Sociale)

Mme Corinne DELABARRE (Secrétaire)

Notes de l'atelier rédigées par : Mme Annick BERNARD PROVOOST (Psychologue)



« Psychiatrie en Prison :

prise en charge spécifique des femmes et des hommes incarcérés »

 


PRESENTATION DE LA MAISON D’ARRET DE FLEURY MEROGIS


Situé dans l’Essonne (à 26 km au sud de Paris) c’est le plus grand établissement pénitentiaire d’Europe occidentale. Il existe depuis 1969.


LE COMPLEXE PENITENTIAIRE DES HOMMES est conçu sur un modèle hexagonal avec un bâtiment central relié par 5 satellites de 4 étages chacun appelés « tripales » (divisions D1 à D5) qui accueillent chacune entre 700 et 900 détenus (dont 80 mineurs).


- D1 pour les longues peines (> à & an)

avec 17 cellules pour les détenus à mobilité réduite,

- D2 pour les détenus prévenus ou en mandat de dépôt

(avec un quartier disciplinaire, mitard),

- D3 pour les courtes peines

avec au 4e étage un quartier spécifique « détenus isolés »,

- D4 pour les détenus majeurs qui ont une formation ou un travail

avec un quartier mineur,

- D5 profil psy et en appel de leur jugement

avec un quartier d’Evaluation de la Radicalisation.

Fleury Merogis

Outre les ateliers de travail, il existe un terrain de football, une piste d’athlétisme et deux cours de promenade par tripale.


Le bâtiment central est constitué de :

- l’unité de soins SMPR (16 cellules)

- l’UCSA Centrale (Unité de Consultations de Soins Ambulatoires)

- le primo-accueil (pour les arrivants qui bénéficient d’une première prise en charge)

- la pharmacie centrale


LA MAISON D’ARRET DES FEMMES est la plus grande maison d’arrêt pour femmes en France avec 300 détenues majeures et mineures.

Ce bâtiment comprend :

- une unité SMPR (10 cellules à vocation nationale)

- une unité de Consultations de Soins Ambulatoires (UCSA) pour tout entrant en prison.

- un centre de Soins et d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA). Une convention avec 3 CSAPA référents d’Ile de France existe afin d’assurer la continuité des soins en addictologie à la sortie.

- une nurserie avec 10 cellules mère/enfant et 10 cellules femmes enceintes.

Ces unités sanitaires sont rattachées au Pôle Santé Publique en de Soins de Suite du Centre Hospitalier Sud Francilien.


En 2009, le loi pénitentiaire (loi n°2009-2436 du 24 Novembre 2009) a redit ou reprécisé le principe de la loi de 1994 : « les personnes détenues doivent bénéficier de soins équivalents en terme de qualité et de continuité à ceux de la population générale et la prise en charge de la santé des personnes détenues est assurée par le service publique dans les conditions prévues par le code de la santé publique »


LA POPULATION CARCERALE :

Jusqu’en 2009, la population carcérale était répartie selon un découpage géographique par département et bâtiment.

Aujourd’hui, la répartition est faite selon le profil des détenus.

Un turn-over de 9000 détenus par an avec environ 60 nationalités représentées.

Constamment surpeuplé avec un taux compris entre 140 et 150 % (et même 157 % en Mars 2017).


LES ACTIVITES PROPOSEES PAR L’ADMINISTRATION PENITENTIAIRE :

- 1 bibliothèque dans chaque bâtiment gérée par des « auxiliaires bibliothécaires détenues »

- des ateliers de travail (40 % des personnes détenues)

- le sport (sur inscription avec un certificat médical d’autorisation)

- les activités culturelles (théâtre, événements musicaux ont lieux régulièrement)


LES DIFFERENTS PARTENAIRES DE L’ADMINISTRATION PENITENTIAIRE :

- Le SPIP (Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation)

Il regroupe une soixantaine de conseillers qui accompagnent les personnes détenues dans le cadre d’un parcours d’exécution de peine avec pour principal objectif d’éviter la récidive.


- la PJJ (Protection Judiciaire de la Jeunesse)

Elle a ses propres locaux situés entre le D4 et le D5 dans un ancien complexe sportif (le gymnase).


- l’Education Nationale :

qui dispense des cours dans chaque tripale. 4 salles de cours et une bibliothèque sont à leur disposition, les détenus peuvent passer des examens.


- ARAPEJ (Association Réflexion Action Prison et Justice) :avec une référente logement et une référente des droits sociaux pour les CNI


- P.A.D. (Le Point d’Accès au Droit) :

géré par l’ARAPEJ avec 3 juristes sur tout le site de Fleury qui peuvent apporter des informations juridiques et une aide dans les démarches des détenus).


- SEP 91 (Soutien Ecoute Prison) :

Soutien des détenus et des familles en attente de parloirs ; distribue également des vêtements.


- ASF (Accueil Solidarité Fleury) :

Vise à maintenir les liens familiaux et sociaux des détenus, ce sont aussi des visiteurs de prison.
Peut financer des nuitées d’hôtel et des billets de transport.


- REP (Relais Enfants Parents) :

Propose des actions de soutien à l’exercice de la fonction parentale.



PRESENTATION D’UNE TRIPALE TYPE :

Chaque tripale, est composée d’une aile du Milieu, l’aile de Droite et Gauche. Elles comportent une rotonde centrale ou se trouve la loge des surveillants pénitentiaires, leur permettant à chaque étage de surveiller les détenus.

Dans l’aile du milieu, le quartier arrivant,

Dans l’aile droite : avec d’un côté l’administration pénitentiaire (bureau des gradés et bureau de la gestion des détenus) et de l’autre côté l’unité sanitaire (CSAPA) avec 1 psychiatre, 1 temps addictologue, 2 généralistes, 2 psychologues (SMPR et CSAPA) 2 IDE SMPR, 3 IDE UCSA, 1 IDE CSAPA, 1 secrétaire, 1 ASH et 1 temps d’AS, et 1 loge avec 2 surveillants pour gérer l’accueil des détenus/patients.

Dans l’aile gauche :

La montée dans les étages séparée d’une grille pour les descentes et les montées (les détenus ne doivent pas se croiser).

Au niveau -1 se trouvent les cours de promenade et le scolaire avec 4 salles de cours.

Un lieu de culte est présent dans chaque tripale.


LES CELLULES :

D’une superficie de 11 m2, elles sont équipées d’un lavabo, de toilettes, de douche et de deux lits superposés. Parfois les détenus peuvent être 4 par chambre (matelas par terre).


CONDITIONS D’ADMISSION A L’UNITE DE SOINS :

L’admission ne peut se faire qu’après avis et accord du psychiatre de l’unité.
Il est saisi par :

- un confrère psychiatre du service,

- un signalement UCSA ou CSAPA,

- un signalement de l’administration pénitentiaire,

- un signalement émanant d’un juge,

- le détenu lui-même.


La durée de séjour varie en fonction du comportement du détenu, de son état, de sa volonté ou de l’avis du psychiatre de l’unité.

La sortie ne sera validée que :

- par le psychiatre de l’unité,

- suite à un trouble de l’ordre pénitentiaire relevant du Code de Procédure Pénale

- suite à une libération.


LES MISSIONS DU SERVICE SOCIAL :

Les Assistantes Sociales (5 réparties sur chaque bâtiment de la MAFM) interviennent en transversalité sur les 3 unités sanitaires (UCSA, CSAPA et SMPR) pour aider et accompagner les patients détenus qui ont un suivi médical.

Elles conseillent et orientent ces personnes dans l’objectif d’améliorer leurs conditions de vie.

Elles travaillent en lien avec les différents partenaires (SPIP, PAD, etc) à la prison et assurent la coordination avec les institutions extérieures.

Enfin, elles assurent des accompagnements dans le cadre du projet de sortie du patient détenu.


3 VIGNETTES CLINIQUES  POUR TERMINER CETTE INTERVENTION

- 1 homme de 33 ans incarcéré pour faits de violence en D1,

- 1 homme de 25 ans, schizophrène, en détention en primo accueil, suivi par le SMPR,

- 1 jeune femme de 19 ans, guyanaise, enceinte, passage de drogue (mule), écrouée 36 mois,


Les 3 cas cliniques présentés témoignent des missions de soins du SMPR, du souci éthique et du respect du secret médical partagé dont font preuve les équipes soignantes.


Enfin, pour clore les débats, le rappel du déroulement de la prise d’otage d’un psychologue de l’unité, en septembre 2008, qui a duré plus de 23h et qui a finalement nécessité l’intervention du RAID.



 




Mise à jour le Mercredi, 10 Juillet 2019 17:23  

Identification